Ni d’Eve ni d’Adam – Amélie Nothomb

eve

.

« Stupeur et tremblements » pourrait donner l’impression qu’au Japon, à l’âge adulte, j’ai seulement été la plus désastreuse des employés. « Ni d’Ève ni d’Adam » révèlera qu’à la même époque et dans le même lieu, j’ai aussi été la fiancée d’un Tokyoïte très singulier. (A. N.)

Une initiation amoureuse et culturelle, drôle, savoureuse, insolite et instructive (si les codes de la société japonaise demeurent souvent impénétrables, l’étranger qu’est l’Occidental est aussi source de quiproquos et de malentendus…)

.

Cette fois-ci, Amélie Nothomb nous sert un de ses romans autobiographiques et comme d’habitude, l’avantage est que ça se lit vite (2h pour celui-là). Dans le pitch de la maison d’édition, l’auteure mets en avant le rapprochement temporel de « Ni Eve ni d’Adam » avec « Stupeur et Tremblements » mais j’ai largement préféré ce dernier

La colonne vertébrale du récit est donc son histoire d’amour avec un Tokyoïte qu’elle rencontre via les cours de français qu’elle dispense. La difficulté avec ce livre, c’est que je ne partage pas du tout le point de vue de l’auteure sur l’amour et le mariage. Quand soi-même on est mariée, et qu’on y croit, il n’est pas toujours agréable de lire que le mariage casse la magie de l’amour et qu’à partir de ce moment-là, la relation ne fait que s’enlaidir. Ça, c’est le discours d’Amélie Nothomb.

Quand on lit les récits autobiographiques d’Amélie Nothomb, il faut être habitué à ses gémissements de bonheur pour à peu près tout et n’importe quoi (manger un kaki ou se geler les miches dans la neige). On se demande si elle n’en fait pas toujours un tout petit peu trop. Il faut dire que la manière poétique avec laquelle elle décrit tout ce qui l’entoure ne me touche pas. Et surtout, j’ai souvent l’impression qu’elle n’est pas humaine, qu’elle vit tout plus intensément que tout le monde. Et je me sens alors inférieure à elle à ne pas ressentir les choses comme elle.

Mais ce livre aura au moins eu l’intérêt de me donner envie de monter le mont Fuji et d’aller visiter l’île de Sado.

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Xenaddict dit :

    J’avais du lire Stupeurs et Tremblements en cours de Français en L. J’avais détesté x). C’est genre un traumatisme littéraire parce que ce bouquin avait engendré une sacrée panne livresque. Depuis, à chaque fois que je vois Nothomb en librairie, je me cache derrière mes livres et je fuis. Je pense que je vais continuer :D.

    Aimé par 1 personne

    1. hehehehe moi je crois que je vais lâcher l’affaire, arrêter d’essayer d’aimer.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s