Il faut qu’on parle de Kevin – Lionel Shriver

il-faut-qu-on-parle-de-kevin--268527

À la veille de ses seize ans, Kevin Khatchadourian exécute neuf personnes dans son lycée. A travers des lettres au père dont elle est séparée, sa mère retrace l’itinéraire meurtrier de leur fils.

.

Pour la forme.

J’apprécie beaucoup les récits où l’on commence par la fin et où l’auteur déroule ensuite les événements un à un pour comprendre comment on en est arrivé là.

Pour l’histoire.

Ce qui se passe dans ce livre est plutôt horrible sur de nombreux points, soyons francs. Sincèrement, âmes sensibles s’abstenir sur certains passages.

Deux grands points de vue sont à relever dans cette histoire : d’une part l’histoire familiale de Kevin et d’autre part la situation de la mère après « l’événement majeur » du livre.

J’ai trouvé que les quatre personnages principaux (Kevin, ses parents et sa sœur) étaient « réels », pas stéréotypés, ce qui contribue à ressentir de nombreuses contradictions dans les sentiments que l’on développe pour eux. On assiste à la perdition d’un couple qui se désagrège du moment où l’idée de faire un enfant est abordée. Par conséquent, on se doute bien que Kevin va être en souffrance. Mais en même temps, on est touché par les efforts que fait la mère pour instaurer une relation avec son fils, et on en vient même à détester ce dernier, même si c’est un enfant. Leur relation, sujet au cœur même du livre, est d’une étonnante complexité.

D’un autre côté, la mère est donc ensuite confrontée quotidiennement à « ce » qu’a fait Kevin. Elle subit les remarques, les vexations, l’ignorance, les vengeances plus ou moins grandes et surtout la solitude.

Certaines longueurs du récit et sa densité donnent parfois envie d’abandonner le livre dans un coin pour un temps, mais n’hésitez pas à vous accrocher, parce qu’on reste avec ces quatre-là jusqu’au bout.

C’est le genre de récit qui vous livre les faits de manières très neutre, factuelle, sans vraiment faire de lien de cause à effet. Voilà comment cela s’est passé. Vous devez en pensez ce que vous voulez/pouvez. A vous de voir. Et j’aime beaucoup ce genre là !

Un bémol.

Oui les choses s’enchainent mal pour Kevin et ses parents et l’issue de son histoire nous semble presque couler de source. Mais comme quand il est question des enfants battus, ne jamais négliger le concept de résilience, qui existe bel et bien et permet à des personnes telles que Kevin de s’en sortir et de devenir quelqu’un de bien.

Le film.

Pour info, il est beaucoup plus soft que le livre mais les acteurs, particulièrement Tilda Swinton et Ezra Miller  nous font complètement ressentir l’ambiance du livre.

Publicités

6 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. livresque78 dit :

    Je le note, il me fait envie, même si je redoute un peu les moments difficiles, comme dans l’histoire D’ilan racontée par sa amaman qui m’a empêcher de dormir le premier soir.

    J'aime

    1. Sincèrement, certains passages sont vraiment « compliqués » à lire mais on peut se rassurer un peu en se disant que pour celui-là c’est une fiction. J’avoue avoir du mal à lire des histoires vraies violentes. Mon petit coeur est tout fatigué après 😥

      J'aime

      1. livresque78 dit :

        Il faut alterner entre lectures dures et douces

        J'aime

  2. bea285 dit :

    J’ai ce livre dans ma PAL et je dire que j’ai hâte de voir ce que peut donner cette lecture. J’avais adoré Hate List un roman jeunesse sur une fusillade!
    Bisous

    J'aime

    1. J’ai Hate List sur ma Kobo, faut que j’y jette un coup d’oeil (entre 200 autres livres que j’ai envie de lire en ce moment). Pour le coup celui-là est pas tellement jeunesse ^^

      J'aime

      1. bea285 dit :

        Je me doute mais je le lirais quand même! ^^

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s