Où on va Papa ? – Jean Louis Fournier

[transfert ancien article] Ayant changé de plateforme pour mon blog (l’ancienne imposait de la pub :$), je transferts petit à petit mes anciens articles. Les critiques étant anciennes, il se peut (très fortement) qu’elles soient courtes et peu travaillées.

ob_3a9dce138ab3eaec0c31418369982bad_dscf7656

Un père décide d’écrire un livre à ses deux garçons handicapés : ses peines, ses remords mais aussi ses joies. Une œuvre littéraire plus que documentaire, sorte de déclaration d’amour disloquée, dans un style incisif et clair, faits de chapitres courts comme des respirations suspendues. 150 pages pour se souvenir de Mathieu et de Thomas, rire pour ne pas pleurer.

En le lisant, je me disais clairement que je ne pourrais pas résumer ce livre, en donner les grandes lignes. 

A la limite, je peux vous dire que Jean Louis Fournier a deux enfants et que les deux sont lourdement handicapés. Voilà. Après ? Ben après il écrit comment il l’a vécu pour ses enfants, pour lui et pour les autres. 

En même temps, c’est pas un pavé, donc c’est pas une réflexion de 6000 pages sur le handicap. C’est les pensées d’un papa. Et c’est extrêmement touchant. Tout en étant dit sur le ton de la légèreté mêlée à l’amour que cet homme a pour ces deux garçons. 

Je ne vois pas d’autres moyens que de vous proposer quelques extraits pour illustrer mon propos et surtout celui de l’auteur. 

A quoi reconnait-on un enfant anormal ?
Il ressemble à un enfant flou, déformé.
Comme si on le regardait à travers un verre dépoli.
Il n’y a pas de verre dépoli.
Il ne sera jamais net.

Il y a aussi ceux qui disent : « l’enfant handicapé est un cadeau du ciel ». Et ils ne le disent pas pour rire. Ce sont rarement des gens qui ont des enfants handicapés.
Quand on reçoit ce cadeau, on a envie de dire au Ciel : « oh fallait pas… ».

Quand je parle de mes enfants, je dis qu’ils ne sont pas comme les autres. ça laisse planer un doute. Einstein Mozart, Michel-Ange n’étaient pas comme les autres.

De toute façon, il n’y aura pas de miracle. Si les enfants handicapés, comme je l’ai déjà entendu dire, sont une punition du Ciel, je vois mal la Sainte Vierge s’en mêler en faisant un miracle. Elle ne voudra certainement pas intervenir dans une décision prise en haut lieu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s